cne@ec-nantes.fr

Impression 3D à Centrale : Lumière sur cette technologie

Impression 3D à Centrale : Lumière sur cette technologie

|10/07/2018 | Entreprise

Avec de récentes collaborations dans des secteurs d’industrie à la pointe de l’innovation, l’École Centrale de Nantes a fait de l’impression 3D, une technologie d’avenir pour l’aéronautique et le maritime. Centrale Nantes Études a su bénéficier rapidement de ce savoir faire pour réaliser vos études dans ce domaine.

Une impression 3D


L’impression 3D, qu’est-ce que c’est ?

L’impression 3D (tridimensionnelle) est un procédé industriel de fabrication de pièce en volume par ajout de matière : on parle d’une fabrication additive.

Largement répandue dans le domaine du prototypage rapide et de l’outillage, elle permet une fabrication à moindre coût et moindre délai et facilite la rétro-conception. Désormais plus étendue à des secteurs de pointes tels que l’aéronautique, le milieu médical ou l’aérospatial, la multiplicité des matériaux et des procédés permet de généraliser son utilisation. Plus récemment, les innovations technologiques dans le domaine de la fabrication additive ont touché des domaines plus industriels et s’adaptent aux petites et moyennes séries.

Depuis les premiers concepts dès le milieu des années 80, la fabrication additive multiplie les innovations et ne cesse de proposer de nouvelles solutions et alternatives aux procédés industriels traditionnels.


L’impression 3D à Centrale Nantes : recherche et développement.

Avec l’aide de ses partenaires, l’École Centrale de Nantes s’est imposée comme un pionnier dans la recherche et le développement de nouvelles applications de cette technologie. Parmi elles, nous pouvons citer la propulsion  marine ainsi que la construction aéronautique.

Fort de son excellence scientifique dans le domaine océanographique, Centrale Nantes a cherché à promouvoir des applications de cette technique industrielle dans la propulsion marine.C’est dans cette logique que Naval Group collabore avec l’École dans le cadre du projet de recherche conjoint entre industriel et académique, le Joint Laboratory of Maritime Technology. Ces recherches ont dernièrement abouti à l’impression 3D d’une pâle d’hélice en dimension réelle. Cette nouvelle technologie d’usinage permet d’obtenir des géométries plus complexes de pâle assurant ainsi de meilleures performances (vitesse, autonomie, encombrement). Vincent Geiger, directeur de Naval Research Centre de Recherche Technologique de Naval Group, souligne l’importance de ces premiers résultats : « L’impression de ce démonstrateur est une étape majeure pour la réalisation de propulseurs innovants en fabrication additive. Ces premiers résultats permettent d’envisager la mise en service à court terme de propulseurs différentiants pour les navires qui en seront porteurs ». 

Pâle conçue par fabrication additive

Le secteur aéronautique a également su bénéficier de ces progrès industriels. C’est avec Stelia Aerospace, tout récent partenaire de l’École Centrale que la fabrication additive a trouvé application. Stelia Aerospace est une entreprise française du secteur aéronautique. Elle est spécialisée dans la conception et fabrication des structures de cabines et de fuselages. Ces structures sont formées de plusieurs panneaux rivetés entre eux par des raidisseurs. A l’aide de la cellule robotisée de fabrication additive de Centrale, un nouveau type de raidisseurs élaboré par fabrication additive a pu être prototypé. Une telle application permet une plus grande flexibilité d’industrialisation ainsi qu’une meilleure fiabilité de la tenue de la structure.

Panneaux de fuselage imprimés en 3D


Centrale Nantes Études imprime vos projets en 3D !

Centrale Nantes Études a également pu prendre part à l’intérêt porté à cette technologie . Notre Junior-Entreprise a eu l’opportunité de collaborer avec le groupe Béneteau Habitat, leader européen dans l’habitat de loisir autour de cette problématique. L’objectif de l’étude confiée était d’envisager une application de cette technologie dans le processus de fabrication de leur produit.  Un état de l’art de cette technologie, aussi bien en termes de ressources que d’applications a ainsi été conduit. De plus, une étude ayant pour but final l’intégration de la fabrication additive dans le process de production a été mené au regard de deux cas d’études. Il s’est ainsi avéré que la fabrication additive pouvait constituer une réponse viable aux problématiques de personnalisation et de fabrication des petites séries dans l’industrie.

Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4